Polugic, des projets d’agencement globaux avec TopSolid'Wood.

Située à Thonon-Les-Bains, presque sur les rives du lac Léman, Polugic est spécialiste de l’agencement et du design de boutiques, bars, restaurants mais aussi des intérieurs des particuliers. Créée il y a presque 30 ans, l’entreprise mise essentiellement sur son équipe de design en interne et sur son ouverture d’esprit par rapport aux nouveaux matériaux et technologies de fabrication pour tirer son épingle du jeu.


« En 1980 nous avons commencé comme installateurs, puis quelques années plus tard nous avons acheté un atelier de fabrication. Aujourd’hui nous sommes en mesure de proposer des projets globaux, c’est-à-dire, des projets allant du design jusqu’à l’installation, à nos clients », explique Michel Polugic, gérant de cette entreprise de taille artisanale. « Nous sommes une dizaine de personnes, dont 2 au bureau d’études et 2 designers », note-t-il. Située à Thonon-les-Bains, à l’orée du Lac Léman et de la Suisse, Polugic n’est certes pas une multinationale mais elle se prévaut de la suivante philosophie : mieux vaut éviter les étapes de fabrication où une réinterprétation du projet initial est possible, à savoir, mieux vaut que toutes les étapes de la création de l’objet soient informatisées de façon à ce que il n’y ait pas d’erreur humaine. « Dans cette optique, nous avons acquis le logiciel de CAO TopSolid'Wood en 2005, puis la suite du même fabricant pour la FAO. Les logiciels entièrement dédiés sont rares, ils ont profondément changé et amélioré notre mode de fonctionnement en interne. » L’informatisation des tâches dans les entreprises travaillant dans le monde du bois et aillant traditionnellement une culture du travail manuel demande parfois une ouverture d’esprit certaine. Ces contraintes initiales qui impliquent simplement un besoin de formation se trouvent cependant rapidement récompensées en termes de productivité mais aussi de qualité du travail.

Un chamboulement nécessaire

« Toute notre chaîne de fabrication est aujourd’hui informatisée, précise Michel Polugic, mais, comme nous sommes satisfaits, nous aimerions renforcer encore davantage cette logique. En effet, nos machines à commande numérique dans l’atelier peuvent récupérer les codes ISO fournis par le bureau d’études, mais idéalement, nous voudrions que le langage soit moins abstrait et que les machines puissent travailler avec des images en 3D de façon à ce que les opérateurs sachent sur quelles pièces exactement ils travaillent. » Un développement qui ne devrait pas poser de problèmes au personnel de cette entreprise, habitué déjà à être bousculé dans ses petites habitudes de travail. « Lorsque nous avons installé TopSolid'Wood, nous avons formé notre personnel. Au départ, les opérateurs dans l’atelier ont eu l’impression qu’on leur volait leur savoir-faire. A contrario, ils ont été obligés d’apprendre des choses qu’ils ne savaient pas. C’est toute une philosophie de vie d’entreprise qui est chamboulée. Le travail devient alors plus intellectuel et au final, plus gratifiant », s’exclame-t-il. La volonté de Michel Polugic, ébéniste formé sur le tas lui-même, de s’affranchir des obstacles psychologiques a primé car il croyait fermement à son projet de modernisation. « Pour bien se servir de TopSolid'Wood, qui est un logiciel très complet, il est nécessaire de se former initialement. Ensuite, tout se passe bien. » L’investissement temps aura valu sans aucun doute la peine : Polugic peut se targuer aujourd’hui d’être l’une des sociétés les plus modernes dans le domaine de l’agencement et du design grâce à sa persévérance.

Des clients multiples

Selon Michel Polugic, il fallait bien passer par là pour répondre à une demande aussi variée que parfois indécise. « Il y a quelques années nous avions un client dans le domaine de l’agencement commercial qui représentait 70% de notre chiffre d’affaires. Lorsque celui-ci a commencé à avoir des difficultés financières nous avons dû réagir et nous nous sommes attaqués davantage au marché local que nous avions un peu négligé. Aujourd’hui nous réalisons des chantiers pour des boutiques, des restaurants et des bars de la région mais nous faisons aussi de la décoration d’intérieur pour les particuliers. » Ce sont environ 20 chantiers par an dont Polugic se charge de A à Z. « Nous concevons les projets puis nous réalisons des visites virtuelles avec des images 3D que nous montrons à nos clients. Cela permet de valider les projets qui deviennent, grâce à ces images, concrets pour eux. » Outre le design et la conception, Polugic fabrique dans son atelier de 700 m2 tous les éléments du projet. « Nous avons trois machines à commande numérique, une scie à panneaux, une plaqueuse de chants et un centre d’usinage, plus les machines traditionnelles. Nous travaillons avec des panneaux et du bois que nous achetons dans les négoces spécialisés mais aussi avec de la résine minérale pour laquelle nous avons trois fournisseurs et qui se travaille comme le bois, avec les mêmes machines. » Polugic réalise également la finition en peinture, laquage ou vernis. Enfin, l’entreprise dépêche son équipe sur le chantier pour l’installation. « Tout est pris en compte du début jusqu’à la fin du projet. Mais nous pouvons aller très vite : 15 jours pour fournir des meubles sur-mesure, un créneau que seules les structures de notre taille peuvent occuper grâce à leur flexibilité », conclut-il.