Fourniture

Missler Software/Fourniture : des meubles «signés» Pierre Paulin, Sylvain Dubuisson...C’est à Ivry-sur-Seine près de Paris que l’entreprise Fourniture et ses dix-sept artisans ébénistes concrétisent les rêves d’architectes-designers tels que Sylvain Dubuisson, Pierre Paulin... et de Mobilier national. Depuis 2006 les logiciels de la société Missler Software ont permis à l’entreprise de répondre à des demandes de plus en plus exigeantes.


Partenaires depuis 2006, Missler Software et Fourniture, s'affirment dans l'industrie du bois. Avec les logiciels TopSolid'Wood, TopSolid'WoodCam, le réel et le virtuel deviennent des antinomies indissociables...C'est à Ivry-sur-Seine près de Paris que Fourniture et ses 17 artisans ébénistes concrétisent les rêves d'architectes- designers : Sylvain Dubuisson, Pierre Paulin... et de Mobilier national. De la phase Bureau d'étude à celle de la commande numérique, de TopSolid'Wood à TopSolid'WoodCam, Fourniture fixe les préliminaires informatiques avant de « réaliser » ses meubles pas ordinaires dans 1600 m² d'un atelier pas comme les autres...

Fourniture : « Ebénisterie-Mobilier » et des logiciels Missler Software...

"On fait du mobilier haut de gamme... On fait un peu d’agencement d’appartement... On fait aussi des corners de dégustation dans différentes boutiques... Aux Galeries Lafayette et un peu partout en Europe, les boutiques Cartier rue de la Paix à Paris, à Londres, au Japon...” affirme Bruno Guillon, gérant de la société Fourniture. Une nouvelle génération d’artisans-ébénistes met la technologie des logiciels TopSolid’Wood, TopSolid’ WoodCam de Missler Software au service de la fabrication. “Imaginez... Nous réalisons !”, c’est la devise de la société Fourniture... L’atelier d’ébénisterie fabrique de manière traditionnelle tout meuble unique, ou en série limitée ; sa rigueur a déjà séduit les plus grands architectes et créateurs contemporains. Les designers Sylvain Dubuisson, Pierre Paulin... en passant par les pôles de dégustation Nespresso, les appartements à mobilier haut de gamme jusqu’au ministère de la Culture ou l’atelier de recherche du Mobilier national, ont trouvé dans le service proposé ici réponse à leurs demandes. C’est de ces 1.600 m2 d’atelier d’Ivrysur- Seine que viennent les meubles de Mobilier national et que les ébénistes hautement qualifiés, tous diplômés d’écoles d’Art (Boulle), cultivent ce savoir-faire traditionnel au service de la modernité informatique et des matières : bois, verre et métal... “Il y a deux familles de designers. Ceux du virtuel et ceux qui résistent en faisant des tables ou des chaises. La résistance, c’est la corporéité. C’est forcément de plus en plus résistant, puisque le virtuel est de plus en plus de l’ordre du possible.”, explique Sylvain Dubuisson, architecte-designer diffusé par Fourniture. Donnant du sens à l’utile, interférant entre l’entreprise et le designer, la structure sous-traitante de Fourniture : Créative Agent Consultants, permet d’optimiser la valeur commerciale, un des facteurs essentiels de rentabilité et d’adaptation à la nouvelle configuration des marchés du secteur industriel. Elle identifie les problèmes, présente le designer, fait le suivi des contrats auprès de Fourniture, rédige et présente les devis. Le sous-traitant est présent à toutes les phases d’existence du produit, qu’il s’agisse du design, du lancement (événement médiatique), de son environnement immédiat (stand, PLV) ou indirect (architecture intérieure de magasins, licence) ou de son image liée à l'image de marque « Missler Software/ Fourniture »...

Dans le domaine du bois, les problématiques d'étude, de recherche et de développement des produits sont très variées selon les secteurs d'activité... A celles de « Fourniture », TopSolid'Wood et TopSolid'WoodCam répondent bien.

Bureau d'études : optimisation du travail

Calqué sur le modeleur exact Parasolid et s’appuyant sur toutes les fonctionnalités de la CAO standard TopSolid’ Design, TopSolid’Wood est un logiciel de modélisation particulièrement adapté à la société Fourniture. C’est également une CAO métier au service des nombreuses fonctions spécifiquement dédiées aux métiers de la deuxième transformation et à ses sous-traitants. S’il est aujourd’hui indispensable de définir rapidement les produits que l’on va fabriquer, cette accélération ne doit en aucun cas empiéter sur la qualité conceptuelle, documentaire et productive. “Capitaliser sur le savoir-faire et enrichir sa propre bibliothèque en créant de nouveaux composants autorise une montée en puissance graduelle du bureau d’études !” explique Nicolas Mohy, responsable conception du bureau d’études. Avec la “bibliothèque de composants” et ses moyens d’usinage, TopSolid’Wood permet une gestion optimisée des assemblages, des échanges de données avec les partenaires designers, des images photos-réalistes, et surtout une liaison directe avec l’atelier...

Ces fonctions, composants et procédés directement transcrits dans le logiciel TopSolid’Wood, permettent à l’opérateur une productivité incomparable et une conception en adéquation avec l’outil de production... Avec la personnalisation fine des fonctions métiers du logiciel, le bureau d’études adapte précisément et les processus de fabrication. Avec la version TopSolid’Wood 2008, il n’y a plus de limites sur les géométries complexes ! La nouvelle ergonomie pour l’entité panneau permet l’assemblage multi-composants en une seule opération, l’interchangeabilité des outils de profilage, le rainurage, le feuillurage dans l’assemblage et une mise en plan encore plus attractive... Plusieurs motifs de hâchures sont livrés, comme par exemple le massif (en bois de bout et en bois de fil), le latté, le contre-plaqué, le panneau de particules, le MDF dispose également d’une vue interrompue dans 2 directions. Avec l’export d’usinage en 2D 1/2, la nouvelle interface permet d’exporter la géométrie des pièces en format DXF “tagué”vers la plupart des logiciels d’usinage (BiesseWorks (1), MasterWorks, NCHops...).

Nicolas Mohy, responsable de conception «Fourniture» explicite «les avantages de fabriquer avec le même logiciel pour un bureau d'étude à haute productivité et une créativité sans limite. Concevoir pour fabriquer ! » ...Dès la modélisation, les fonctions métiers de TopSolid'Wood prennent en compte des problématiques d'usinage sur le modèle 3D et créent ses propres composants afin de les réutiliser à tout moment et concrétiser les projets en 3D. « Il y a deux familles de designers. Ceux du virtuel et des gens qui résistent en faisant des tables ou des chaises... La résistance, c'est la corporéité. C 'est forcément de plus en plus résistant, puisque le virtuel est de plus en plus de l'ordre du possible avec le logiciel informatique Missler Software et Fourniture... », d'après Sylvain Dubuisson, l'architecte designer.

La modélisation en 3D par enlèvement de matière et les procédés d'assemblage par composants des fonctions métiers de TopSolid'Wood : tournage, sciage, rainure, profilage, excentrique, vissage, plaquage chant... permettent au concepteur une latitude de modélisation avec des méthodes de travail multiples. Ne serait-ce que l'assistant de pose de chants et de stratifiés n'est pas négligeable quand il s'agit de faire des meubles haut de gamme... «L'intérêt, c'est de récupérer un maximum de choses qu'on a pensées, qu'on a dessinées en Bureau d'étude. Quand je fais un perçage dans un panneau, c'est très facile de le faire après sur la machine et de récupérer les informations. Par exemple, il y a une fonction TopSolid'Wood : « perçage ». On peut utiliser TopSolid'Wood à la partie paramétrable, c'est-à-dire : on dessine un meuble, on peut l'agrandir dans tous les sens, en changeant la hauteur par exemple... Le meuble va se transformer en restant cohérent...» , d'après Nicolas Mohy. Le paramétrage et l'associativité de TopSolid'Wood permettent de « capitaliser le travail ». Même pour une étude spécifique, il est souvent indispensable de se référer à des éléments standard et avec la version TopSolid'Wood 2008, la gestion de projet est encore plus efficace : le configurateur de propriétés attribue ou modifie les informations des différentes pièces contenues dans un document, d'après le niveau d'assemblage...

De TopSolid'Wood à TopSolid'WoodCam, de l'étude à la fabrication, de la CFAO à la FAO...

Après la phase bureau d’études “drivé” par le logiciel TopSolid’Wood, pour la phase “commande numérique “, c’est à TopSolid’WoodCam de jouer. Il s’agit d’une solution de CFAO intégrée pour l’industrie de la seconde transformation du bois qui génére le programme de la machine à commande numérique, à partir du dessin de la pièce réalisée en CAO. Elle produit automatiquement les codes ISO, via un post-processeur, pour usiner en commande numérique les pièces. C’est une véritable chaîne numérique, permettant d’éviter les erreurs qui fait gagner un temps considérable entre le bureau d’études et l’atelier. A eux seuls, les logiciels TopSolid’Wood et TopSolid’WoodCam gèrent avec cohérence toutes les données techniques. “Il est nécessaire de maîtriser la CAO avant d’utiliser la partie TopSolid’WoodCam“, précise tout de même Nicolas Mohy.

TopSolid’WoodCam permet :

  • la reconnaissance en FAO des opérations réalisées sur les pièces en CAO (calibrage, rainurage, feuillurage, etc.) ;
  • la création automatique des outils dans la base des données FAO par rapport à leur définition dans la CAO ;
  • la corrélation entre les matières de la CAO et la base de données des outils FAO, pour un réglage automatique ;
  • l’associativité complète entre les matières définies dans la CAO et la base de données des outils FAO, pour un réglage automatique et précis des conditions de coupe entre le modèle défini CAO et la préparation FAO.
  • le positionnement du modèle de conception 3D associant l’étude et la préparation en usinage : l’ensemble des trajectoires est calculé en tenant compte de la géométrie du modèle à réaliser mais aussi de son but prédéfini par TopSolid’Wood et la phase d’étude.

Toute modification en conception parvient à rejouer l’usinage sans avoir à reconsidérer toutes les hypothèses de travail de la machine. La génération des nouveaux blocs ISO suite à une modification est ultra-rapide, voire instantanée ! TopSolid’WoodCam apporte un gain de temps considérable avec l’analyse en automatique pour l’usinage. C’est une préparation très réaliste qui, en plus du confort d’utilisation, augmente la qualité de la fabrication.

En matière de meuble la question du choix est récurrente : “Avec l’érable, par exemple, la difficulté, c’est qu’il est clair, c’est blanc et tous les petits défauts qui peuvent être dissimulés dans des bois plus foncés apparaissent. Ce qui est difficile”, explique Bruno Guillon, gérant de Fourniture. Les tables et chaises de Pierre Paulin, inspirées du mobilier autrichien du XIXe siècle, sont plaquées d’amarante et de sycomore. “Avec Fourniture et Mobilier national, je travaille sur le mobilier en bois, j’apprends à utiliser le bois dans les meilleures conditions pour sa robustesse. Ce travail sur les techniques du bois avec l’équipe de Fourniture et Mobilier national s’accompagne d’un marivaudage sur le passé, un passé à la chinoise, un passé à l’italienne...” a précisé Pierre Paulin. Eric Benqué fait des chaises en bois de teck de Birmanie massif, des tiroirs en bois de bété mansonia, un bar plaqué de chêne teinté vernis...

Fourniture et Missler Software : des bois venus d'ailleurs...

A la question meuble, les logiciels TopSolidWood, TopSolid'Wood'Cam et « Fourniture » donnent des réponses. La question récurrente est toujours la même « -quel bois ? »... « Avec l'érable, par exemple, la difficulté, c'est qu'il est clair, c'est blanc et tous les petits défauts qui peuvent être dissimulés dans des bois plus foncés apparaissent. Ce qui est difficile », explique Bruno Guillon, gérant de « Fourniture ».

Les tables et chaises de Pierre Paulin, inspirés du mobilier Autrichien du 19è siècle, sont plaquées d'Amarante et de Sycomore. « Avec Fourniture et Mobilier national, je travaille sur le mobilier en bois, j'apprends à utiliser le bois dans les meilleures conditions pour sa robustesse malgré les formes assez complexes que je risquais de leur donner. Ce travail sur les techniques du bois avec l'équipe de Fourniture et Mobilier national s'accompagne d'un marivaudage sur le passé, un passé à la chinoise, un passé à l'italienne... » a précisé Pierre Paulin. Eric Benqué fait des chaises en bois de Teck de Birmanie massif, des tiroirs en bois de Bété Mansonia, un bar plaqué de Chêne teinté vernis...

Sylvain Dubuisson a fait un bureau avec un piètement en bois d’amarante massif, un autre bureau plaqué d’acajou ondé, un meuble télévision plaqué de bois de bouleau de Norvège. Il apprécie les techniques informatiques de Fourniture. Il est présent aux différentes phases conceptuelles d’un objet de design, des dessins initiaux aux choix des matériaux : dessins, maquettes, réalisation en atelier... “Les objets ne devraient plus seulement s’appréhender sous l’angle de l’esthétisme, ni même du service mais sous l’angle de l’intelligible. L’inutilité, c’est un devoir pour redonner un peu de qualité à la vie... Je n’aime guère cette particularité française : le clivage entre le design industriel et le design issu de l’architecture ou de la décoration... Aujourd’hui, les designers sont capables de négocier avec l’industrie du bois...”

Véronique Aubrée met en scène un paravent courbe plaqué de bois de chêne des marais pour un appartement parisien... Design Studio Kompa dessine pour Nespresso des meubles en bois d’acajou teinté wengé et des tablettes rétro-éclairées...

«Globalement avec les logiciels TopSolid, on récupère du temps même si la partie informatique s'est amplifiée. Par rapport au temps, nous avons plus d'investissement au niveau informatique et moins au niveau de la fabrication. Il y a une partie du travail d'atelier, des ébénistes, des compagnons de l'atelier qui a été absorbée entre la conception vraiment le dessin puis la machine à commande numérique », conclut Bruno Gaillon, gérant de la société « Fourniture ».

Entrevue avec Nicolas Mohy : "Un gain de temps certain"

Nicolas Mohy, responsable conception de la société « Fourniture » explique l'avantage des logiciels TopSolid'Wood et TopSolid'WoodCam pour la phase Bureau d'étude préalable au passage à l'atelier de fabrication. D'après Nicolas Mohy, depuis l'utilisation des logiciels de Missler Software en 2006, après Autocad, le travail de fabrication a beaucoup évolué dans l'atelier, avec un gain de temps considérable...

LBI : Comment se déroule la fabrication d'un meuble depuis la conception jusqu'à sa sortie d'atelier ?

Nicolas Mohy : “L’architecte vient nous voir et nous soumet des plans. Cela commence toujours par un devis soumis à appel d’offres pa Créative Agent Consultants. Si Fourniture est retenu, j’entame le travail d’étude avec le logiciel TopSolid’Wood. Après avoir reçu les croquis de l’architecte, nous intégrons les données au niveau bureau d’études et je retrace tous les plans, suivant les idées du concepteur en y apportant les solutions techniques. Après une étude préalable informatique, nous les remettons en conformité avec l’architecte. Il arrive que ce soit renvoyé chez l’architecte, dans le cas où nous nous sommes un peu écartés de ce qu’il demandait. Le nombre d’heures passées sur les plans est plus important que lorsque nous dessinions en deux dimensions, de façon plus succincte. En revanche, si c’est plus long pour moi en bureau d’études, avec TopSolid’Wood, on gagne beaucoup de temps à la fabrication”.

LBI : Quel est l'intérêt de TopSolid'Wood ?

N.M. : « Notre précédent logiciel était Autocad et depuis deux ans, nous utilisons TopSolid. C'est un logiciel particulièrement adapté pour faire du mobilier. L'intérêt, c'est de récupérer un maximum d'éléments qu'on a pensés, qu'on a dessinés, qu'on a faits en dessin. Je sais que quand je fais un perçage dans un panneau, c'est très facile de le faire sur la machine après et de récupérer les informations... Par exemple, il y a une fonction qui s'appelle « perçage ». Après, le logiciel propose la phase de référence... Ensuite, il va proposer des points de repère. Il va les positionner et puis ensuite, ça c'est tout le dialogue avec le logiciel... On peut l'utiliser à la partie paramétrable, c'est-à-dire : on dessine un meuble, on peut l'agrandir dans tous les sens, en changeant la hauteur par exemple, la largeur. Le meuble va se transformer tout en restant cohérent ».

LBI : Quelle est la transition Bureau d'études TopSolid'Wood, commande numérique TopSolid'WoodCam et atelier de fabrication ?

N.M. : “TopSolid’Wood, c’est pour faire le dessin et TopSolid’WoodCam, c’est la fabrication, c’est-à-dire que cela traduit le dessin dans un langage que la machine va comprendre. Quand on dessine un rectangle sur TopSolid’Wood, par exemple une étagère, on va décider d’intégrer des petites rainures dedans… Avec TopSolid’WoodCam, on va analyser ce dessin et la machine va couper le morceau de bois et faire les petites rainures”.

LBI : A quel rythme s'effectuent les mises à jour avec Missler Software ?

N.M. : « Avec Missler Software, il y a des mises à jour tous les ans que nous choisissons de faire ou de ne pas faire ».