Aircelle, et le rêve devint réalité.

Qui n’a jamais rêvé d’appuyer sur une touche de clavier et de voir son programme CN se calculer automatiquement ? Cette idée un peu folle au départ s’est pourtant réalisée. Ceci prouve au moins 2 choses : La première est que beaucoup de choses sont possibles dès lors que l’on s’adresse à des personnes compétentes. La seconde, c’est que l’on devrait toujours suivre ses idées et les pousser jusqu’au bout. Cette histoire vécue se trouve dans les lignes qui suivent …


Les performances dans 3 domaines

Véritable concentré de technologie aéronautique, la nacelle de moteur reflète à elle seule les enjeux de l’aviation moderne. Elle cristallise les savoir-faire et la maîtrise essentiels de l’aéronef et de l’environnement. Au sein du groupe Safran, Aircelle (x.) imagine et construit l’avenir de la nacelle. Bien au-delà du seul inverseur de poussée, technologie au cœur de son métier, Aircelle est concepteur et intégrateur de tous les composants de la nacelle, de l’avion d’affaires à l’Airbus A380. Héritier d’une épopée industrielle débutée il y a plus de 110 ans, l’intégrateur bénéficie d’une compétence technologique précieuse dont le point d’orgue a été l’inverseur de poussée au début des années 80. Avec des effectifs de 3 500 personnes, Aircelle optimise ses produits en permanence en innovant dans les domaines de l’aéronautique, de l’acoustique, des matériaux composites et de la sécurité. Ceci stimule la triple performance technologie/coût/maintenance.

Rien n’est jamais acquis

Benoît Barbé est Responsable de la cellule FAO d’Aircelle. Ce service méthodes-programmation situé près du Havre est composé de 5 personnes qui élaborent tous les programmes d’usinage de tous les centres de la société. Les pièces sont usinées en tournage et en fraisage jusqu’à 6 axes avec des longueurs allant de 100 mm à 3 500 mm. Il y a 2 ans, Benoît Barbé a été chargé du projet Cfao au sein du service XAO. Son but était d’harmoniser le parc des logiciels de Fao utilisés sur les différents sites. En ligne de mire, une compétence unique dans la société avec du personnel parfaitement formé à l’utilisation du même produit. La démarche à suivre consistait à recenser les logiciels capables, déterminer les tests à effectuer et les faire réaliser par les différents acteurs. Le cahier des charges établi comportait un développement spécifique et la compatibilité totale avec le logiciel de CAO Catia déjà en place. Un éditeur dont la structure a été jugée fragile et le logiciel moyen a été éliminé rapidement après la première démonstration. L’un des 2 restants de la « short list » n’ayant pas voulu s’investir dans le développement spécifique a alors laissé Missler Software (X.03419) seul en lice. Grâce à son logiciel TopSolid’Cam, ce dernier a passé l’épreuve des tests avec succès et montré, dès le départ, sa capacité à mener à bien le développement du module tant convoité. Prouvant à ses confrères déjà implantés que rien n’est jamais acquis, Missler Software a remporté l’affaire…

Les raisons du choix

Peu ou pas connu de la société Aircelle il y a quelques années, Missler software a rapidement convaincu par les fonctionnalités puissantes de TopSolid Cam et par le relationnel, la réactivité et le professionnalisme de ses équipes commerciale et technique. Benoît Barbé précise : « TopSolid’Cam répond bien à nos besoins ; il a été écrit par des « gens du métier » qui parlent le même langage que le notre. Par ailleurs, la structure souple de Missler Software lui donne une grande réactivité très appréciable ». Parmi les fonctionnalités remarquables du logiciel, Benoît Barbé place en 1ère place l’analyse topologique qui gère les modifications dans les modèles de CAO en provenance de logiciels autres que TopSolid, car dans ce cas, la gestion de modifications est implicite En effet, TopSolid’Cam propose une analyse topologique entre le modèle initial et le modèle modifié pour identifier les différences. Cette analyse s’effectue à travers la fonction « Comparaison et Remplacement ». Son but est d’identifier les processus d’usinage impactés par la modification de la géométrie et de proposer de nouveaux processus d’usinage. C’est-à-dire que cette fonction signale uniquement ce qu’il y a à faire en plus, suite à la modification. De cette manière, l’opérateur n’a pas besoin de refaire entièrement le processus d’usinage. C’est un grand avantage de TopSolid’Cam qui fonctionne avec l’ensemble des logiciels de CAO car c’est l’analyse topologique qui informe le programmeur de toutes les évolutions dans la pièce. En 2ème avantage cité, vient la passerelle entre Topsolid Cam et le logiciel de simulation NC simul de Spring technologies. Qualifiée de « magique », elle est activité par un simple clic. Enfin, la 3ème position est attribuée à la passerelle avec Catia jugée très efficace et d’une grande fiabilité.

Se faire accepter

Lorsqu’un nouveau produit entre dans l’industrie, le premier réflexe de ses utilisateurs est de le comparer à celui dont il prend la suite. Pour ce qui concerne TopSolid’Cam, l’environnement Windows bien connu a permis une intégration facile et rapide. La formation a mis en évidence des éléments du noyau pensés pour les utilisateurs le démarquant de certains produits conçus uniquement comme des calculateurs. Grâce aux 5 licences acquises, tous les programmeurs du Havre utilisent maintenant TopSolid’Cam 2008, la totalité de ses modules standards et les passerelles. « Il est difficile de parler de gain de productivité puisque les process validés par le laboratoire sont inchangées. On remarque plutôt les temps de programmation qui ont été réduits de 10% en fraisage comme en tournage, dit Benoît Barbé. Il ajoute : »Depuis que nous sommes équipés de la FAO de Missler Software, nous l’imposons à tous sous traitants. Les programmes étant la propriété d’Aircelle, nous les récupérons en totalité afin de les traiter en interne ». Nous préciserons ici que l’éditeur est bien implanté dans le secteur aéronautique avec des références prestigieuses comme Airbus Cimpa, Bodet aéro, Exameca, groupe Safran – Microturbo, Turboméca, Sagem communication, Snecma – Mécachrome et Mbda. Rien que cela…

Noël avant l’heure

A l’heure où nous mettons sous presse, le développement spécifique confidentiel a été livré, preuve de la grosse expertise de Missler Software dans ce domaine. Mieux qu’un long discours sur les gains générés, on peut comparer le cycle de programmation complet ramené de 5 semaines à moins de 2 jours, simulation comprise. On remarque aussi que le temps de programmation en lui-même ne prend que ½ journée, le reste étant pris par les calculs réalisés en temps masqué. Bien sûr, Benoît Barbé ne cache pas sa satisfaction et conclut dans ces mots : »Avant d’investir, il faut toujours remettre les acquis en cause, s’informer, consulter ». Que la profession toute entière l’entende !